Vous êtes dans > Accueil > Actualités

Actualités

TOUTE L'ACTUALITÉ ÉVÉNEMENTS

07/09/2015

Le SCoT... Le projet d'avenir du Grand Saumurois revisité et lifté.

Le SCoT, projet de schéma de cohérence territoriale ? Derrière cette terminologie aux allures rébarbatives se cache les axes essentiels de développement de la région. Ce document d'urbanisme organise l'aménagement de l'espace des 64 communes du territoire et devra se traduire par des opérations et actions. En mars 2014, en plein scrutin municipal, le Préfet de Maine et Loire notifiait au Président en place du Grand Saumurois, Charles-Henri Jamin, que l’Etat le retoquait (relire notre article). 18 mois plus tard, il est en phase finale de réécriture et va être représenté.

 


Anne-Cécile Moron et Eric Touron

 

 


Sous l'impulsion du nouveau Président, Eric Touron, et après 1 ans de travaux avec l'appui d'un cabinet spécialisé, le document arrive en phase finale. Du 21 septembre au 26 octobre, diagnostic et enjeux seront présentés via une exposition dans les mairies des communes chefs lieux des ex-cantons.

La claque politique

En mars 2014, entre les deux tours des élections municipales et peu de temps avant les élections à Saumur Agglo puis au Grand Saumurois, l'annonce faite par le Préfet de Maine et Loire de retoquer le SCoT proposé par les élus d'alors avait fait l'effet d'une claque. Les raisons invoquées de façon très acerbe par le représentant de l'Etat : « (...) suite à l'analyse menée par les services de l'Etat, il s'avère que votre projet de SCoT, malgré le travail important qui a été réalisé, n'affirme pas suffisamment le projet politique retenu pour le territoire du Grand Saumurois (NDLR : notamment que la ville centre de Saumur retrouve son rôle moteur de développement du territoire) (relire notre article du 15 avril 2014). Le document réalisé en interne n'aura pas plu.

Un cabinet spécialisé

La réalisation en interne par les services, ce ne fut pas le choix du nouveau président Eric Touron. Quelques semaines après son élection à la tête du Grand Saumurois, il lançait une consultation auprès de cabinets spécialisés. « Non que les services n'aient pas bien fait leur travail, mais pas question de se planter une nouvelle fois. » Et de se réjouir du choix fait en septembre dernier : « Nous avons opté pour le Cabinet parisien EAU (NDLR : Economie, Aménagement et Urbanisme). Et force est de constater que la satisfaction des élus du territoire est bien là : ce sont des personnes sérieuses particulièrement impliquées et qui connaissent le territoire peut-être mieux que certains d'entre nous. A chacune de nos réunions de travail ou d'échanges, jamais ils n'ont été mis en porte-à-faux pour répondre à telles ou telles questions portant sur une problématique locale. »

Sur la forme, simplicité, concision et consensus

Aujourd'hui, le document est en phase finale d'élaboration. « J'ai donné un mot d'ordre au Cabinet : pas un pavé de 300 pages que personne ne lira, mais un document d'une centaine de pages maximum, simples et lisibles et surtout une fiche synthétique par commune afin que chacune puisse connaître les enjeux et incidences pour sa commune. » Pour expliquer ce document qui recense le diagnostic et les enjeux pour les 20 années à venir, 6 panneaux ont été réalisés qui seront exposés dans le hall des mairies de Gennes, Doué-la-Fontaine, Montreuil-Bellay, Longué-Jumelles et Saumur, du 21 septembre au 26 octobre. Et à compter du mois de novembre, Eric Touron ira à la rencontre des élus et publics intéressés dans ces même communes. « Je souhaite au final que nous présentions un document partagé par tous et qui soit le plus consensuel possible, avec si possible l'adhésion unanime de tous les conseils municipaux. » Et dans cette optique, pas question d'aller à marche forcée : « Même si je souhaite que nous puissions obtenir un document approuvé par l'Etat en juin 2016, cela étant, nous prendrons le temps, tant que des points d'achoppement perdureront. »

Sur le fond, des enjeux

Si cela change sur la forme par rapport au précédent document, cela change aussi sur le fond. « Pas question de gommer tout ce qui avait été fait précédemment. On en reprend une grande partie et on en retravaille d'autres. En l'occurrence, ce nouveau SCoT réaffirme clairement le rôle moteur de la ville centre de Saumur sur le territoire, une volonté qui aux yeux de l'Etat n'était pas assez prégnante dans le précédent schéma. Une agglo ne peut être forte sans une ville centre forte et un juste équilibre des territoires, afin de ne pénaliser aucune des communes le composant. » Et pour justifier ces dires au regard des craintes que pourraient avoir les communes du territoire, le président, par ailleurs maire de la petite commune de Distré, de citer le maire de Doué-la-Fontaine : « Doué ne pourra être forte que si Saumur est forte ». Et l'une des préoccupations majeures sera celle de l'aménagement du territoire, notamment en matière de logement. « Il s'agit aujourd'hui de limiter la consommation des espaces et que l'urbanisation n'empiète pas sur l'espace agricole pour pouvoir préserver l'indépendance alimentaire. Pour ce faire, en matière de constructions nouvelles, il va falloir éduquer à une autre façon d'habiter. Habiter sur une surface de 5 000 m², ce sera terminé ! De la même façon, il est impératif de préserver l'esprit village. Par exemple, plutôt que d'avoir des terrains de 700 m² avec une maison au centre, priorité sera faite avec une maison en façade rue et un terrain de 300 m² à l'arrière."

Faire bouger les gens vers Saumur

Autre grand enjeu, la démographie. Si le territoire Saumurois se développe, la ville de Saumur perd en population. « Il faut donc repenser le découpage spatial. Dans le nouveau schéma, nous instituons 5 pôles : celui de Longué-Jumelles, d'Allonnes, de Doué-la-Fontaine, de Montreuil-Bellay, de Gennes - Les Rosiers et de Saumur, regroupant aujourd'hui le 101 000 habitants. Le pôle saumurois (qui regroupe Distré, Chacé, Varrains et la Ville de Saumur, soit l'ancien district) représente aujourd'hui 31% du poids de la population totale, soit 31 242 habitants. L'objectif 2030 est d'atteindre 32,7%, soit 36 951 habitants. Ce qui induit un besoin de 3 481 logements supplémentaires, au rythme de 249 par an ! Et au regard de la population globale, l'objectif est de passer à 113 000 habitants, soit un besoin de 587 logements par an supplémentaires. » Un objectif somme toute raisonnable, puisqu'en référence à la période 2006-2011, le territoire est déjà à une moyenne de 581 logements par an. La problématique se situe plus sur Saumur. Et Eric Touron de l'avouer : « Le pari ne pourra être réussi que si l'on arrive à faire bouger les gens vers le pôle saumurois. Je suis persuadé que d'ici peu, on verra du petit collectif s'y développer. »

Environnement et paysages : moteur d'attractivité

Enfin, autre enjeu : l'attractivité économique et commerciale. « Il faut repenser le développement économique et pour cela, jouer sur la qualité paysagère et environnementale pour en faire un moteur de notre développement. » Et d'expliquer : « Une chose est avérée aujourd'hui, à l'image de la Vendée : le 1er élément qui décide une entreprise à venir s'implanter sur un territoire, ce n'est pas la fiscalité, c'est le cadre de vie." Et l'ambitieux président d'aller plus loin : « J'aimerais que nous repensions aussi notre développement commercial, à l'échelle du territoire et notamment en termes d'équilibre Saumur-Doué. Doué dans son PLUI (NDLR : Plan Local d'Urbanisme Intercommunal), souhaite créer une zone commerciale à la sortie de la commune en direction de Saumur. » Un sujet qui ne figure pas dans le présent SCoT, mais Eric Touron le confie : « Ce sujet sera abordé au cours des prochaines réunions du comité syndical. »

Invitation à la population

Et le Président de conclure : « Au final, durant toute la durée de l'élaboration de ce nouveau SCoT, j'invite toute la population à consulter le dossier et à exprimer ses avis, commentaires et observations susceptibles d'enrichir la réflexion ». Temps forts de la concertation des habitants, l'exposition faisant part de l'état des lieux et des enjeux sera suivie de réunions publiques avant la fin de l'année sur le projet de développement et de développement durable. La première aura lieu à Saumur le 4 novembre, en fin d'après-midi en mairie de Saumur. S'en suivra ensuite en début d'année la rédaction finale du schéma par le Cabinet, puis remise au Préfet de Maine-et-Loire, qui lancera une enquête publique avant approbation. Et si d'ici là, d'autres territoires venaient à rejoindre le territoire Saumurois comme ce pourrait être le cas pour le Noyantais ou certaines communes du Vihiersois, alors le Schéma serait une nouvelle fois retravaillé. « Un SCoT est un document en permanente évolution qui doit être revu tous les 6 ans, » précise Anne-Cécile Moron, directrice du Grand Saumurois. « Mais en tout état de cause, il faut d'abord que celui que nous élaborons aujourd'hui soit approuvé sans trop tarder, sinon l'Etat pourrait bloquer certains projets urbanistiques dans des communes de notre territoire actuel », rappelle Eric Touron.

Toutes les informations, le dossier du SCoT sur le site internet du Grand Saumurois : grand-saumurois.fr/scot/les actions

En PDF, l'exposition en cliquant ici

(1) Le SCoT est un document d'urbanisme intercommunal régi par le code de l'urbanisme. Les schémas de cohérence territoriale exposent le diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, d'agriculture, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, d'équipements et de services. Ils présentent le projet d'aménagement et de développement durable retenu, qui fixe les objectifs des politiques publiques d'urbanisme en matière d'habitat, de développement économique, de loisirs, de déplacements des personnes et des marchandises, de stationnement des véhicules et de régulation du trafic automobile. Pour mettre en œuvre le projet d'aménagement et de développement durable retenu, ils fixent, dans le respect des équilibres résultant des principes énoncés aux articles L. 110 et L. 121-1, les orientations générales de l'organisation de l'espace et de la restructuration des espaces urbanisés et déterminent les grands équilibres entre les espaces urbains et à urbaniser et les espaces naturels et agricoles ou forestiers. Ils apprécient les incidences prévisibles de ces orientations sur l'environnement. [...]"
Plus d'infos : http://www.territoires.gouv.fr/schema-de-coherenc...
 

Article du Saumur Kiosque - 07 septembre 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 

► Lire également l'article du Courrier de l'Ouest du 09/09/2015